27 octobre 2011

Le diable punit les voleurs de livres ! Un ex libris Audois

           Pas de discours ce soir.
           Juste un ex libris prélevé il y a longtemps sur un livre tellement abîmé et si pourri de champignons que je n'ai pu le garder. Emouvante page de garde d'un livre sans intérêt.
Ex libris de Paul Pons de Ginestas (Aude)
          Je retranscris :
          Ce livre appartien à paul pons de Ginestas. Celui qui me le trouvera me le rendra otrement le bon Dieu le punira si le v[e]ut pas rendre le diable l'emportera sur la corde et criera misericorde la corde ce casera lame sera sauve. tric trac moun conte es a cabat . 
          Fait à Ginestas le 9 janvier 1818, 
                                                                    Paul Pons marechal à [de] forge. 
 Deux mots pourtant :
          Ginestas est une commune de l'Aude, celle-là même où est installée la Librairie du Somail.

          Finalement, Paul Pons ne veut pas la mort du pêcheur, puisque la corde de la potence du diable se casse et que l'âme est sauvée. D'ailleurs, le maréchal se sent peut-être un peu responsable, puisqu'il laisse traîner ses livres un peu partout.
          Enfin, cet ex-libris comminatoire est bâti sur le modèle des comptines occitanes, et finit comme tous les contes occitans par :  Et tric et trac, moun conte es acabat (mon conte est achevé, qui est le pendant de l'incipit français Il était une fois. )
          Lo mèu tanben, de conte, es acabat. Bona nuoch !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je possede sur un exemplaire des "odes d'anacréon traduites en vers languedociens" par le cen Aubanel l'aîné et édité à Nismes chez la veuve Belle imprimeur AN 10 un "ex-libris" assez similaire manuscrit sur la page de faux titre "Ce livre appartient à Louis Fabre celui qui le trouvera le rendra autrement le diable l'emportera, le mettra sur une planchette, la planchette fera cré cra, voila mon petit homme en bas".

Christophe